Pour Changer, Chap 22: Que vais-je faire de toi?

*Adèle DJESSOU*
Après le départ de Léon, j’ai tourné en rond dans la maison sans savoir quoi faire. Mon inquiétude était à son comble et je devais me faire violence pour rester en place et ne pas appeler mon frère. J’en étais même arrivée à oublier qu’il y avait un autre cas à gérer dans la maison. J’étais en train de réfléchir quand j’ai entendu des cris venant de dehors, on aurait dit que quelqu’une prenait des coups. Qu’est-ce qui se passe encore ? Je descends rapidement et trouve la domestique en train de pleurer et le portail grand ouvert. Inquiète, je la questionne :
-Aku, il y a quoi ?
-Tantie, maman est devenue folle hoo snif. Elle est sortie nue !
Je n’en croyais pas mes oreilles
-Pourquoi tu ne l’a pas empêchée de sortir ?
-Elle m’a tapé tantie ! Je te jure que j’ai bloqué la porte et puis elle m’a poussé et elle m’a tapé ! Elle dit qu’elle a chaud partout
C’est pas vrai ! Son gris-gris s’est retourné contre elle, et il agit pus vite que prévu. Pendant que mon frère est entre la vie et la mort, moi je dois gérer Carla et ses bêtises ! Qu’à cela ne tienne, Carla récolte ce qu’elle a semé mais je ne vais pas la laisser salir le nom de mon frère au quartier. Je me suis dépêchée d’aller prendre un pagne et un peu d’argent. Ensuite j’ai parlé à quelques jeunes pour qu’ils la surveillent sans l’approcher. Puis, direction la pharmacie. J’ai dû influencer le jeune pharmacien pour obtenir ce que je voulais, lui-même ne sait pas pourquoi il m’a vendu une aiguille et cette forte dose de morphine sans ordonnance. Aux grands maux, les grands moyens ! Je suis rapidement revenue au quartier et grâce aux jeunes hommes j’ai pu retrouver Carla. Elle dansait de manière obscène, invitant les jeunes à venir lui faire l’amour. Elle m’a fait pitié, tellement elle est tombée bas ! Les garçons m’ont aidée à l’immobiliser, puis je lui ai couvert le pagne pour préserver le peu de dignité qu’il lui restait. Elle hurlait comme une furie, prête à nous mettre en pièces. J’ai quand même réussi à lui soutirer le quartier de son marabout avant de lui injecter la morphine. Une fois sur place, ce ne sera pas compliqué de le retrouver !
C’est ce que je pensais mais une fois sur place, on a galéré ! Le chauffeur du taxi ne connaissait pas le quartier et le mot « marabout » faisait que tout de suite, les gens nous regardaient de travers. Après une heure à tourner en rond dans le quartier, nous sommes tombés sur une petite fille qui a bien voulu nous y emmener. C’était sa propre fille ! Je me suis mise à songer à l’avenir qu’aura cette enfant, ça n’augurait rien de bon, c’est ça la triste réalité.
Dès que nous sommes arrivés dans la concession, j’ai tout de suite senti une forte énergie négative. Ce marabout-ci n’est pas un plaisantin ! Il dégage une forte énergie noire et j’ai juste envie de m’éloigner de cet endroit au plus tôt. Il est tout de suite sorti dans la cour quand il a senti mon énergie.
-Que veux-tu ?
Il avait une voix grave, qui aurait intimidé n’importe qui. Mais j’avais mené assez de combats pour savoir que je ne devais pas avoir froid aux yeux.
-Ma belle-sœur t’a commandé un gris-gris. Je ne sais pas ce qui s’est passé mais ça l’a rendu folle. J’ai besoin que tu la guérisses
Il partit d’un rire caverneux qui malgré moi, me donna froid dans le dos.
-Il est trop tard pour elle !
-Je suis prête à payer ce qu’il faut, repris-je
Là-dessus, il prit un ton sérieux
-J’ai dit que ce n’est pas possible. Quand on est déterminé à détruire son prochain, il faut être prêt à en payer les pots cassés. Ta sœur a été victime de sa maladresse, je ne peux rien pour elle
-Mais que vais-je faire d’elle à présent ?
-Laisse la moi, sa place est ici
J’ai hésité un moment. Ne valait-il pas mieux l’emmener dans un hôpital psychiatrique ? Mais si elle se met à agresser les autres malades ? Et puis qui va en payer les frais ? D’ailleurs quelle va être la situation économique de Léon après le drame qui se déroule ? C’est en répondant à chacune de ces questions que j’ai choisi de la laisser au marabout. Ce dernier me fixait de son regard perçant et je n’avais qu’une seule envie, partir de cet endroit !
-D’accord, répondis-je. Elle est dans la voiture, j’ai besoin d’aide pour la faire sortir
Deux de ses fils m’ont accompagné dehors. Ils ont sorti Carla toujours inconsciente et l’ont porté jusque dans la concession, comme un sac de patates. Je ne suis plus retournée à l’intérieur, le reste n’est plus mon problème. Assise dans le taxi retour, mes pensées et prières se dirigeaient vers mon frère.
*Léon DJESSOU*
Quelques jours plus tard.
La fraîcheur est au rendez-vous ce matin, ce qui est assez normal en période de mousson. Debout au bord de la tombe, je regardais les ouvriers descendre lentement le cercueil de Jules pendant que le prêtre disait ses dernières prières. Je ne l’entendais pas, j’étais sourd à tous les bruits alentours. Dans ma tête, je rejouais la dernière discussion que j’avais eue au téléphone avec Jules. Si j’avais agi différemment, serait-il encore en vie ? Il aura eu le mérite de nous avoir sauvés, Adam et moi. S’il n’avait pas eu le réflexe d’appeler la police, nous serions sûrement morts. Mais pour lui, pouvait-il en être autrement ? Je crois que nous ne le saurons jamais. Il fallait qu’il fusse là, au bon moment, comme un ange gardien. Nous avons récupéré les résultats du test ADN, et ils sont positifs. Je n’ai pas eu le cœur d’aller voir Carla pour lui demander des explications, Adèle a bien fait de la laisser là bas. Pour moi elle est morte et enterrée, c’est ce que je dirai à tous ceux qui demanderont. En parcourant des yeux l’assistance, je remarque qu’il y a peu de gens. Quelques collègues de son travail et deux voisins du quartier, sa femme et ma famille, ainsi que la pauvre Lucie. Elle n’a pas cessé de pleurer depuis le jour du drame. Elle a perdu beaucoup de poids et on se demande comment ça se fait qu’il y ait encore des larmes dans ce petit corps. Elle me fait de la peine. Perdre ses deux parents dans un délai aussi court, ce n’est pas facile ! Surtout pas dans ces conditions et encore moins dans son état de femme enceinte. J’espère seulement que tout se passe bien avec Béatrice et Inès. D’ailleurs je me demande pourquoi cette dernière n’est pas venue à l’enterrement.
Perdu dans mes réflexions, je ne remarque même pas que la cérémonie est finie. C’est Adam qui me touche l’épaule pour me ramener à la réalité. Pauvre petit, lui aussi a été traumatisé par cette affaire ! Pendant que les gens commençaient à se disperser, je remarque une silhouette familière s’approcher de nous. Le Capitaine Roy. Il s’est montré très aimable avec nous, il nous a aidés pour nos dépositions et l’ensemble des formalités après le raid. Et encore aujourd’hui, le voilà à l’enterrement de Jules alors qu’il n’était pas obligé. Quelque part au fond de lui, je crois qu’il doit se sentir responsable du décès de Jules. Je vois qu’il est accompagné d’un homme plus âgé
-Capitaine Roy ! C’est très aimable à vous d’être venu, vous n’auriez pas dû
-Ce n’est rien Mr DJESSOU. Je vous présente le commissaire KODJO
-Jules était un bon ami, renchérit le monsieur
-Enchanté. Sa mort est tragique
-Qui est cette jeune fille qui vient vers nous ? demanda Roy
-C’est sa fille Lucie.
Dès qu’elle fut à notre hauteur, Roy et le commissaire lui présentèrent leurs condoléances avant de s’en aller. Puis elle rejoignit sa famille et chacun rentra chez soi.
A la maison, l’ambiance était morose, personne n’était encore remis des évènements. Je regardais distraitement la télévision lorsqu’on sonna au portail. Quelques minutes plus tard, Aku fit entrer une Lucie en larmes et portant ce qui semble être ses valises
-Mais que se passe-t-il ?
-Je ne savais pas où aller, maman Béa m’a renvoyé de la maison
-Quoi ?
A suivre…
Par Plume Dona, tous droits réservés.

Chapitre suivant par ici!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s